Le bleu à travers les âges de l’Histoire de France

Le bleu au fil des siècles

La couleur bleue a été découverte et obtenue grâce aux Égyptiens dans l’azurite, un carbonate de cuivre naturel. Tout au long de l’Histoire, la couleur bleue n’a cessé d’être reproduite sous toutes ses formes et interprétée dans de nombreux domaines tels que la religion, la monarchie, la république ou même la révolution industrielle. Le musée des Beaux-Arts d’Arras consacre une exposition sur cette couleur qui a fait et fait parler d’elle à travers les âges.

Largement diffusée à partir de la fin de XIIème siècle, le bleu azurite est la couleur qui reflète une image divine au Moyen Âge. En effet, la vierge Marie est représentée dans la peinture, la sculpture, ainsi que les textes littéraires en étant vêtue d’un manteau bleu. C’est le symbole de la mère en deuil suite à la mort de son fils Jésus Christ. La Vierge Marie a grandement contribué à la diffusion de cette couleur dans la société. C’est seulement au XVIIème que les peintres vont attribuer à la Vierge l’une des couleurs emblématiques de la royauté qu’est le doré.

sans-titre
Jean Penicaud, La Vierge en oraison, XVIe siècle, Cluny ; Jan Van Scorel La mise au tombeau, 1530- 1540, musée des beaux-arts d’Arras ; Alfred Manessier, maquette de la F.9 : la Grande nuit du Samedi Saint, XXe siècle, musée Boucher de Perthes Abbeville.

L’influence de la mère du Christ a eu notamment un impact sur la royauté française. Les rois de France qui portaient du bleu étaient considérés comme des personnes aussi vénérables que la Vierge. Ce sont les Capétiens qui ont introduit la couleur bleue aux vêtements royaux au XIIème siècle. Ce sera immédiatement le symbole de la richesse et du pouvoir puisque le bleu à cette époque très rare car il est très coûteux de le fabriquer. D’ailleurs, Louis IX dit Saint Louis porte sur sa robe le bleu azurite en référence à la Vierge, protectrice du Royaume de France, comme le montre le tableau ci-dessous :

sans-titre
Louis Licherie Saint Louis soignant les malades de la peste, XVIIe siècle Huile sur toile, 79,5 x 58,6 cm Rouen, musée des Beaux-Arts, inv.1966.3

L’usage du bleu se poursuivra également du XVIIème siècle au XVIIIème siècle dans les représentations royales comme le montre les portraits de Louis XV et Louis le Dauphin dit Louis XVII, fils de Louis XVI. :

sans-titre
Camoens Portrait du Dauphin (fils de Louis XVI), XVIIIe siècle
sans-titre
Louis-Michel Van Loo, Portrait à mi-corps de Louis XV, XVIIIe siècle, musée des beaux-Arts d’Arras

Comme l’atteste la Princesse de Rohan sur ce portrait (ci-dessous), la noblesse française adopte alors la « mode » royale du bleu dans ses vêtements afin de pouvoir se démarquer des petites gens et faire valoir leur richesse car elle demeure très coûteuse à produire. Sa symbole demeure toujours un symbole de puissance et de richesse.

sans-titre
Nicolas de Largillière, Portrait d’Anne-Geneviève de Lévis-Ventadour, Princesse de Rohan, 1695, C

La Révolution qui suit la période de l’Ancien Régime s’est vu attribuée elle aussi la couleur bleue. En effet, c’est l’Assemblée constituante qui adopte le 10 juin 1790, la cocarde tricolore bleu-blanc-rouge « nationale ». Ces trois couleurs deviendront les couleurs de la Nation. Le drapeau français sera progressivement adopté entre 1794 et 1812. Robespierre surnommé « l’incorruptible » portera la couleur bleue sur ses portraits peints. Robespierre apparaît comme très soucieux de son apparence : il  est toujours coiffé de sa perruque poudrée, une cravate et un linge blanc car il veut se démarquer lorsqu’il est à l’Assemblée. C’est le 8 juin 1794, lors de la Fête de l’Etre-Suprême qu’il porte un habit bleu barbeau sur une culotte de nankin, une large ceinture de soie aux couleurs de la nation, un chapeau orné d’un panache tricolore. C’est à ce moment précis que Robespierre attribue la symbolique des couleurs de son costume à la Révolution. Le drapeau tricolore fait également son apparition dans la peinture comme le montre le tableau de G. Maigret (ci-dessous).

sans-titre
Portrait de Robespierre, XVIIIe siècle Huile sur toile, 19 x 14 cm Musée des beaux-arts d’Arras, inv. 2001.1
sans-titre
G.Maigret Engagement d’avant-poste le premier décembre 1870, 1877 Huile sur toile, 60 x 100,5 cm Musée des beaux-arts d’Arras, inv. 877.2

Cette exposition au Musée des Beaux-Arts d’Arras m’a permis de prendre conscience de l’importance de la couleur bleu à travers les âges et surtout dans l’histoire de France à travers sa symbolique. Je conseille à tous les curieux et toutes des curieuses de venir découvrir cette exposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *