IHM: innovation ou danger?

L’avancée technologique a permis à de nombreuses personnes de pouvoir profiter de la fonctionnalité des robots pour améliorer leur quotidien.

transhumanisme

La technologie au service de L’homme

C’est un homme originaire d’Autriche âgé de 30 ans, suite à un accident du travail, a eu la possibilité de retourner à une vie normale grâce à une prothèse à la main gauche qui lui a permis de pouvoir construire sa propre maison. Il affirme que que cette main artificielle fait « partie intégrante de lui-même ».

Google investi dans la création d’un projet « Google Brain » où le directeur technique, Ray Kurzweil, affirme qu’il sera possible d’ici 2030 de créer un cerveau artificiel. Ce cerveau aurait la capacité de penser comme un être humain voire même surpasser l’Homme.

Améliorer son quotidien toute personne en rêve. Tous ou presque font usage de technologie pour décoder, analyser, perfectionner son activité. Les smartphones proposent de plus en plus d’applications pour les sportifs qui souhaitent suivre l’avancé de leurs performances. Il est même possible d’acheter des accessoires qui donnent la possibilité de calculer les battements du cœur.

La face cachée des IHM

Ces dernières années, nous avons pu assister à la création de certaines associations de « cyborgs » en Europe où les membres acceptent de s’implanter dans leur épiderme des micro-puces. En Allemagne, Rin Räuber possède dans son doigt une puce qui permet de transférer automatiquement ses contacts sur son téléphone portable. Dans la même idée, une entreprise belge a implanté une puce électronique dans la peau de huit volontaires de la société. Dans cette puce toutes les informations sur la personne sont stockés.

Cette initiative suscite de nombreuses critiques et certains dénoncent une dérive de l’interaction entre l’homme et la machine qui au départ consistait simplement à améliorer le confort et le quotidien de chaque individu dévie vers une pratique qui n’entre pas en accord avec les droits de l’Homme car l’employé se voit retirer sa liberté. En effet, si un employé lambda est implanté d’une puce électronique, l’employeur aura alors toutes ses infos, mais aussi aura connaissance du lieu où il se trouve, se qu’il dépense, etc.

Dans une ère dominée par le « Big data ». Il se pourrait que des entreprises rachètent les données des employés et les revendent pour leur propre bénéfice. En effet, des sociétés sont spécialisées dans l’achat de donnés auprès de grands sites internets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *