E-learning : e-révolution ?

Le e-learning, ou apprentissage numérique en français, se voit désigner comme l’avenir de l’éducation et de la formation dans les écoles et les entreprises. Mais aujourd’hui qu’en est-il de son développement en France ? Dans quelle mesure somme-nous prêts à changer les méthodes d’enseignement traditionnelles pour un apprentissage numérique ?

elearning222

Tout d’abord, il faut clarifier le point en ce qui concerne les façons dont le e-learning s’applique, car il a plusieurs formes, qui ne sont pas utilisées dans le même but. L’apprentissage en ligne peut se faire via des applications, des plate-formes ou encore des modules. Mais on peut distinguer deux grandes catégories dans le e-learning : l’apprentissage avec la présence d’un formateur, que l’on appelle « synchrone », et l’apprentissage sans aucun formateur (« asynchrone »). Concernant l’e-learning dans le cadre scolaire, il peut mêler les deux, grâce à un suivi en classe de l’enseignant, et un travail personnel de l’élève chez lui.

Pourquoi le e-learning séduit tant ?

L’e-learning apparaît comme une finalité, évolution logique de l’apprentissage dans cette ère numérique. Si ses qualités de pédagogue sont souvent valorisées, qu’est ce qui attire les entreprises à proposer ce genre de formations en ligne au sein de leur structure ? Une étude en 2014, réalisée par le Baromètre européen, a montré que si de plus en plus d’entreprises avaient recours aux formations en ligne ce n’était pas en premier lieu pour leur efficacité. En effet 65% des entreprises sont motivées par le coût financier moindre des formations e-learning. Le prix pourrait donc être l’argument premier pour adopter l’e-learning, pour finalement l’approuver pour ses résultats.

Et dans le domaine de l’éducation ? Dans ce secteur, l’e-learning représente l’utopie de l’enseignement : un suivi personnel de chaque élève, des leçons personnalisées, le tout de manière ludique. Irréalisable dans le cadre d’une éducation en groupe, les outils numériques peuvent aider à tendre vers cette utopie. Facile d’accès (il suffit d’une connexion internet) et d’utilisation, un suivi concret et ludique, l’e-learning semble posséder toutes les qualités pour révolutionner la pédagogie. Alors qu’en est-il de la situation du e-learning en France ?

Où-en est la France ?

En France, avec plus de 1 million d’utilisateurs (en 2014), l’apprentissage en ligne est plutôt à la mode dans l’hexagone, et est en progression constante depuis 2012. Les MOOCs notamment rencontrent un grand succès. L’Etat va aussi dans cette direction en proposant une plateforme de MOOC (France Université Numérique) et English for Schools destinée à l’apprentissage de l’anglais pour les 8-11 ans. Le ministère de l’Education Nationale a aussi lancé un programme au nom de Eduscol. Le but étant de mettre à disposition des ressources numériques à l’attention des professeurs, « destinées à leur formation, à l’actualisation de leurs connaissances ou à une ouverture de leur champ disciplinaire ».

L’expansion du e-learning semble donc en très bonne voie en France grâce notamment au soutien de l’Etat, prêt à développer applications et plate-formes pour les élèves et les professeurs. Seule ombre au tableau : les premiers résultats de l’efficacité du e-learning sembleraient ne pas être concluants. Reste à savoir si cela freinera les efforts mis à bien jusqu’à présent pour renouveler l’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *