L’Internet des objets : l’arrivée de la santé digitale !

Aujourd’hui, nous pouvons désormais créer des objets connectés qu’on appelle l’Internet des objets. Ces objets connectés, que l’on peut définir comme étant l’expansion du réseau Internet à des objets et/ou des lieux du monde physique, peuvent s’étendre désormais à plusieurs domaines comme les arts grâce au stylo Scribble qui peut recueillir n’importe quelle couleur grâce à son capteur et la reproduire, mais aussi celui de la médecine. Car si plusieurs de ces objets connectés ne sont que des gadgets d’autres semblent avoir un véritable potentiel. Car équipés d’un capteur ou d’une puce reliés à internet, ils génèrent des données qui permettent l’accès à de nombreuses ressources pour la recherche.

Quels seront les possibilités des objets connectés pour la médecine de demain ?

Medicine doctor hand working with modern computer interface as medical concept
Mutualité Française: Données de santé : le Conseil d’Etat favorable à un accès élargi

Mieux collecter pour mieux soigner

Avant l’arrivée des objets connectés, l’Homme avait déjà mis au point des appareils pour mieux connaitre son corps comme les montres cardiofréquencemètre pour connaître les battements de son cœur ou le podomètre pour connaitre le nombre de pas et de calories perdues pendant la marche. Bien que toujours utiles, ces appareils ne sont pas toujours précis et ne donnent pas tous les informations que l’on désirerait obtenir. C’est pour remédier à ce problème que le domaine de la santé c’est tourné vers ces objets connectés. Car, reliés à Internet, ces objets connectées diffusent sur les réseaux des paramètres corporels personnels : la prise de poids, la tension artérielle, l’activité physique, le temps de sommeil et sa qualité, le taux de glycémie, etc. Ces informations en main, l’usager pourra choisir de les partager avec la personne de son choix de ses proches à son médecin.

Ces informations sont d’autant plus importantes quand il s’agit de personnes atteintes de maladies chroniques tels que les diabétiques, les cardiaques ou même les obèses (des problèmes santés qui touchent tous les types de populations) qui peuvent ainsi être rapidement prises en charge. L’Internet des objets constitues un enjeu important pour la recherche. En effet, ces objets connectés pourront permettre la prise en charge de nombreuses pathologies liées au vieillissement de la population qui devient une problématique importante dans nos sociétés industrialisées.

A titre d’exemple, nous pouvons citer ces lentilles connectées qui arriveront d’ici peu sur le marché. Le but de cette objet connecté hors du commun sera de mesurer la concentration du glucose dans le sang en analysant la composition des larmes des patients diabétiques ce qui permettra à la personne atteinte de ne plus avoir à se piquer le doigt pour prélever une goutte de sang, un geste quotidien contraignant et désagréable.

 

La constitution d’un hôpital 2.0 malgré les risques ?

Grâce à ses objets connectés et les informations connectées (dit le Big Data), la médecine n’aura plus à attendre qu’une maladie se déclare pour la soigner à temps car les informations du patient seront rapidement transmises en temps réel aux médecins et avec une plus grande précision. De ce fait, en se servant des applications mobiles, le médecin pourra suivre son patient et intervenir en cas d’irrégularité. C’est un grand bond en avant pour le domaine de la santé et pour ces patients trop souvent victime d’une maladie qui nécessite d’être décelée à temps pour une meilleurs prise en charge.

internet des objets et santé (image à la une)
LHebdo/les blogs: L’Internet des Objets s’intéresse à la médecine

C’est pourquoi, même si cela est encore rare, de nombreux hôpitaux essayent de se munir de ces objets connectés : le tensiomètre (pour la pression artérielle) ; l’oxymètre (pour mesurer la quantité d’oxygène qui circule dans les artères) ou encore le pansement connecté qui permet de communiquer via un smartphone l’état du patient. Le but est d’introduire de nouveaux usages auprès de leurs patients.

Toutes ses évolutions sont gratifiantes pour la médecine mais à quel prix ? Malgré les possibilités que peuvent offrir ces objets connectés, tous les médecins n’acceptent pas leurs utilisations, les considérant comme des gadgets (alors qu’ils devront y prendre part s’ils veulent soigner certaines pathologies). Qui plus est, il s’agit pour un patient de divulguer sur une base, normalement sécurisé, ses informations personnelles. Il serait donc important pour les fabricants de devoir apporter une garantie à leurs utilisateurs autour de ces questions (comme la sécurisation de leurs informations personnels) s’ils veulent pouvoir mettre leurs objets connectés aux services de la santé.

A cela nous pouvons en conclure que si la venue des objets connectés permettra de nombreuses avancées pour le domaine de la médecine, il y aura toujours de l’incertitude pour les professionnels de la santé qui inquiéteront quant au partage de ses données confidentielles sur internet.

 

Sources :

 

BOULARD Océane           13/03/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *