L’IoT : quand les objets deviennent connectés

L’Internet est devenu le premier fournisseur d’informations; c’est un immense Atlas numérique. De nos jours, cette infrastructure est indispensable pour chacun d’entre nous. Non seulement nous pouvons l’utiliser sur des supports tels que l’ordinateur et les Smartphones mais les objets pourraient également interagir entre eux et avec nous même. Ce qui est appelé « l’internet des objets » (« The Internet of Things ») est le réseau qui relie tous les objets pouvant être connectés entre eux. Nous sommes passés de moins de 5 milliards d’objets connectables en 2010 à 80 milliards aujourd’hui. Existe-t-il une limite quant aux objets connectés ? Faut-il associer l’usage des objets connectés à des domaines précis ?

Internet des Objets - IoT - Internet of Things - Les objets connectés du quotidien
© Pixabay – IoT 

Des objets connectés insolites

Les créateurs d’innovations ne manquent pas d’imagination pour créer de nouveaux objets singuliers. Par exemple le bikini connecté prévient l’utilisateur quand il a besoin d’appliquer de la crème solaire. Après le bikini, c’est au tour du stylo connecté d’être crée, son nom est Scribble et il prélève les couleurs, grâce à son capteur, en le positionnant sur les objets. Il existe une autre invention, qui est un réveil olfactif, il s’agit du Sensorwake. Son principe change du réveil ordinaire puisqu’il réveille les grands dormeurs en douceur, en dégageant une odeur agréable, au choix du bénéficiaire.

Vers des espaces « connectés »

L’internet des objets s’introduit de plus en plus dans les espaces,  qu’ils soient privés, publics ou professionnels avec la mise en place de maisons connectées, de villes aménagées, etc. Le monde agricole est lui aussi concerné par cette nouvelle tendance. D’ailleurs, l’un des lieux les plus innovants dans le domaine des objets connectés et de robotisation sont les exploitations agricoles. L’agriculture vit une importante mutation technologique avec des outils et des pratiques qui ne cessent d’évoluer. Les objets connectés ont été conçus dans le but de faciliter le labeur des agriculteurs, et la France est parmi les « avant-postes », portant une attention toute particulière aux nouvelles techniques. Isagri, un concepteur de logiciels agricoles vient en aide à des agriculteurs dans divers domaines, leur travail est ainsi simplifié puisque les données telles que les quantités de produits, sont recueillies et analysées. Nous avons donc affaire à une agriculture robotisée pour perfectionner la production du pays.

IoT - Internet des Objets - Internet of Things
© Pixabay – IoT

La règle des 6 clés pour sécuriser les données

Les échanges sont chiffrés, et un système nommé, de Jeton,  met en place un mécanisme d’authentification qui contrôle si l’accès est légitime ou non. La sécurité est indispensable pour attirer et gagner la confiance des consommateurs. Mais même en mettant en place les mesures nécessaires, il existe toujours les traqueurs et les piratages. Les acteurs de l’Internet des objets sont tous d’accord pour dire que la sécurité prime avant toute chose, c’est ce qui est nommé le « Security by Design ». Les besoins diffèrent selon les domaines, les mesures de sécurité doivent donc être adaptées : un capteur agricole n’aura pas nécessairement besoin de la même sécurité qu’un véhicule indépendant par exemple. Il faut savoir que parmi les entreprises de plus de 1000 salariés, 90% ne se sentent pas rassurés concernant la sécurité de leurs appareils connectés. Pour que le système soit vraiment efficace il faudrait instaurer 6 clés : identification de tous les objets, contrôle des accès, gérance des appareils, chiffrage des données, analyse du trafic réseau et cloisonnement du réseau des autres flux d’information.

La crainte d’une vie privée plus si privée…

Les objets connectés présentent l’avantage de transmettre l’information rapidement par le biais d’un réseau étendu qui traitera les informations. Ils apportent de l’intelligence aux bâtiments, villes et maisons d’où  l’invention des termes SmartCity, SmartBuilding et SmartHome. Toute fois,  la principale inquiétude des consommateurs de ces technologies est la  crainte pour leur vie privée. Même si les individus requièrent de ces objets une efficacité et une instantanéité, ils ont néanmoins peur d’une intrusion dans leur vie privée due à une connexion permanente et des données personnelles divulguées. Émerge alors l’anxiété que leurs informations soient diffusées dans un but commercial ou dans un but « criminel » avec le piratage des caméras de smartphone par exemple.

Les objets connectés sont de plus en plus singuliers, nous pouvons nous poser la question de la réelle nécessité de plusieurs de ces objets tels que la veste connectée par exemple, est-ce véritablement indispensable au quotidien ? La vie privée des bénéficiaires des objets connectés est mise à mal en raison des traqueurs et des pirates, faudrait-il alors reconsidérer l’usage des objets connectés pour éviter l‘abus de personnes malveillantes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *